LA CORDILLÈRE DES SONGES – VO

de Patricio Guzmán

Sortie le 20/11/2019

FRANÇAIS, CHILIEN

DOCUMENTAIRE

1H25

Au Chili, quand le soleil se lève, il a dû gravir des collines, des
parois, des sommets avant d’atteindre la dernière pierre des
Andes. La cordillère est partout mais pour les Chiliens, c’est une
terre inconnue.

Commentaire sur le film

Avec Nostalgie de la lumière (2010), le réalisateur chilien Patricio Guzámn avait réalisé une merveille de poésie qui constitue la première partie d’une trilogie, continuée avec Le bouton de nacre (2015), et qui se conclue avec La cordillère des songes. Pour chaque film, un élément extérieur (la lumière, le nacre) constituait la métaphore permettant à Guzmán de traiter un aspect de l’histoire de son pays et de la dictature sanglante qui l’a forcé à fuir le Chili après le coup d’état militaire (1973). Son nouveau point d’appui est ici symbolisé par la colonne vertébrale de ce grand état, les Andes qui parcourent presque tout le continent sudaméricain du nord au sud, couvrant 80% du Chili. Et c’est au cœur d'un hymne à ce plus grand trésor géographique que possède le pays : l’imposante Cordillère des Andes que le film dénonce l’amnésie collective dont souffre le peuple chilien quant à son passé politique. Il s’agit d’une critique de l'indifférence des Chiliens pour ce qui est d'examiner les plaies héritées de la dictature, celles qui n'ont pas encore cicatrisé. Malgré le ton plein de douleur avec lequel s’exprime la voix off, La Cordillère des songes est une œuvre nécessaire, comme une charge salutaire.

Les séances

Du lundi 18 novembre
au dimanche 24 novembre

mercredi

20 Nov.

  • 19:30

jeudi

21 Nov.

  • 19:00

vendredi

22 Nov.

  • 14:00

samedi

23 Nov.

  • 17:40

dimanche

24 Nov.

  • 19:40

Du lundi 25 novembre
au dimanche 01 décembre

lundi

25 Nov.

  • 14:00

Bande annonce

Restons connectés

Programme de la semaine, événements & soirée ...
Recevez toutes les infos par email