“La raison, c'est l'intelligence en exercice ; l'imagination c'est l'intelligence en érection.” Victor Hugo

 

Let the sun shine...

 

Il ne s'agit pas d'être nostalgique, il s'agit de se souvenir et de laisser entrer un peu de soleil... De se réchauffer et pas seulement sur la plage, mais à l'intérieur de nous-mêmes... De réentendre les mots qui fusaient dans la rue dans ces années-là, quand "l'imagination était au pouvoir", quand il s'agissait de prendre "ses désirs pour des réalités", d'”être  réalistes en demandant l'impossible", pour paraphraser le Che... Juste réentendre la musique, quand le silence face aux injustices flagrantes, au refus de l'autre, au triomphe de la réussite économique, surtout sonnante et trébuchante, nous assourdit et nous fait trébucher sans repères. Il s'agit de se rappeler les couleurs, du orange, du jaune, le rouge du soleil... Les chatoiements de l'imaginaire, quand le formatage et le gris nous guettent. Il s'agit peut-être de nous demander ce que nous sommes devenus ? Et si le soleil n'était désormais que l'ingrédient "bronzage" qui nous permet de ressembler à tous... Le teint doré qui évoque la réussite de celui qui a du temps de "vacances" et sans doute l'argent qui va avec... Même si c'est faux, on peut faire semblant. On délaisse les lieux de culture pour un teint qui se délavera dans le mois qui vient, on tente de s'emplir de vide pour ne pas penser.

Que sont devenus nos désirs ? Porter une montre Rolex au poignet ? Accepter que dans ce monde impitoyable, on nous définisse comme "rien", sans réagir (parce qu’il y a paraît-il, “des gens qui réussissent et ceux qui ne sont rien.“) ? C'est vrai que si l'on en croit la sagesse populaire "Qui ne dit rien consent", mais au risque de devenir, comme le disait Pierre Dac avec la malice qui le caractérisait,  "Un bon à tout, un propre à rien".

Pour "réussir", c'est-à-dire, se reconnaître, aller au bout de soi, ne cédons pas à "la tentation la plus dangereuse : ressembler à rien" dont nous parle Camus. N'acceptons pas de n'avoir nulle place au milieu du collectif.  Mais n'essayons pas toutefois de ressembler à tout le monde.

Soyons tout, donc soyons nous-mêmes... Nous ne serons jamais rien d'autre que ce que nous sommes, mais ce que nous sommes est si plein de possibles, que c'est déjà si beau. Ce qui est "rien" n'existe pas, or nous existons. Seuls, nous ne sommes pas "rien", personne n’est “rien”, n'acceptons pas que les autres nous collent une étiquette aussi violente. N'acceptons pas d'être niés à l'aune de paramètres que nous ne reconnaissons pas. Certaines "réussites" ressemblent à des vies ratées. Quelle est donc l'unité de valeur de la réussite dont on nous parle, que l'on nous vante ? Est-ce l'euro ou le dollar ?

Les artistes réussissent-ils ? Avec un "rien" comme les enfants, ils peuvent créer un monde et élargir l'espace de nos regards. Pourtant souvent l'argent leur manque, mais leur imaginaire nous sauve. Et il semble que nous ne sachions pas à quel point. Nous le saurons lorsqu'ils n'existeront plus, quand les salles d'art et essai auront fermé, lorsque l'art ne sera plus qu'un souvenir de musées, lorsque le combat ne sera plus possible. Parce que réussir c'est d'abord agir. C'est le mouvement dont nous sommes capables qui compte, c’est ce que nous sommes capables de donner et non de prendre.

Car le jour où nous aurons "tout" au sens où ce monde consumériste nous le dicte, oubliant avec une terrible facilité ceux qui en seront exclus - les artistes peut-être et bien d’autres... -, aurons-nous finalement quelque chose ?

Et qui serons-nous ? Espérons juste que le soleil qui irradie au fond de nous, celui de l'imagination, ne soit pas près de mourir...

Et voyageons à travers la programmation du mois, en Amérique latine (Buena Vista Social Club adios (Cuba), Gabriel et la montagne (Brésil), Les filles d’Avril (Mexique), La région sauvage (Mexique), Koblic (Argentine) et ailleurs. Emplissons-nous des musiques d’ici et de plus loin... Laissons, laissons, entrer le soleil...

                                                                        Corine