mysql_connect=Resource id #1 - Erreur=
mysql_select_db=1 - Erreur=

Array
Aujourd'hui au Royal
Programme par semaines
Horaires 5 semaines
Soirées
Prochainement
Entrée libre
Entre nous
Nous trouver
S'inscrire à la
mailing-list
 
Le chemin - VF/VOSTF
Français, cambodgien (2017) 1h46
Drame
Date de sortie : 06/09/2017 .
de Jeanne Labrune avec Agathe Bonitzer, Randal Douc, Somany Na.

SYNOPSIS :
Camille a rejoint une mission catholique au Cambodge avec l’intention d’y prononcer ses vœux. Chaque matin, elle emprunte un chemin qui longe la rivière et traverse les ruines d’Angkor. Elle y croise un homme cambodgien, Sambath. Un rituel de rencontre s’établit entre eux…
COMMENTAIRE :
Jeanne Labrune nous parle du “chemin” : “Il y a un parcours qui conduit à un but premier. Il en faut bien un pour avancer. Pour Camille : aller soigner quelqu’un dans une ferme. Mais à bien y regarder, ce chemin n’est jamais le même, il est plein de surprises, de rencontres, de découvertes. Ce chemin qu’on croit connaître et qu’on ne connaît que par ses pieds qui conduisent mécaniquement à un but concret, se révèle être riche, perturbant, “hallucinant“. Camille le regarde et le voit à chaque fois différemment. Elle n’en épuise pas les mystères. Et ce chemin croise d’autres chemins, celui de Sambath, celui de l’Histoire du pays, celui de Sorya. Ce chemin du film, à travers la forêt et les temples, est une traversée des épreuves émotives et c’est pour le personnage de Camille, un chemin d’apprentissage de la vie, de connaissance de soi et des autres. La vie est un chemin qui mène à la mort. Mais entre la naissance et la mort, le paysage est vaste. Le chemin peut être étroit et monotone si l’on n’ouvre pas les yeux ; si on les ouvre, il offre beaucoup de possibilités, donc beaucoup de choix, ce qui est difficile, mais plus excitant, que de suivre la pente. Chaque être est un temple dont le gardien est le silence. La vie est un enfer plus beau que tous les paradis. Elle est tragique et voluptueuse. Quand je partais sur le tournage, je pensais souvent aux poèmes de Baudelaire, notamment à celui-ci (qu’Agathe et moi nous récitions) : “La nature est un temple où de vivants piliers / laissent parfois sortir de confuses paroles /L’homme y passe à travers des forêts de symboles / qui l’observent avec des regards familiers. / Comme de longs échos qui de loin se confondent / En une ténébreuse et profonde unité /Vaste comme la nuit et comme la clarté / Les couleurs, les parfums et les sons se répondent.” (Correspondances). De l’Egypte ancienne à la mythologie grecque, des rives du Nil à celles du Gange, en passant par les rivières peintes par les italiens et les flamands, de La nuit du chasseur de Charles Laughton aux textes d’Yves Bonnefoy, la traversée du fleuve par une barque raconte quelque chose. Quoi ? Pour certains, ce ne sera qu’une barque bizarrement vide sur une rivière. A chacun de comprendre et de rêver, ou pas.”
NOTE :
Tout public
 
 
Cinéma Le Royal, 8, avenue Foch 64200 Biarritz Tel : 05 59 24 45 62 Fax : 05 59 22 33 67 cinema-biarritz@numericable.fr