mysql_connect=Resource id #1 - Erreur=
mysql_select_db=1 - Erreur=

Array
Aujourd'hui au Royal
Programme par semaines
Horaires 5 semaines
Soirées
Prochainement
Entrée libre
Entre nous
Nous trouver
S'inscrire à la
mailing-list
 
Cessez le feu

Français, belge (2016) 1h51
Drame
Date de sortie : 12/04/2017 .
d'Emmanuel Courcol
avec Romain Duris, Céline Sallette, Grégory Gadebois.

SYNOPSIS :
1923. Georges, héros de 14 fuyant son passé, mène depuis quatre ans une vie nomade et aventureuse en Afrique lorsqu'il décide de rentrer en France. Il y retrouve sa mère et son frère Marcel, invalide de guerre muré dans le silence. Peinant à retrouver une place dans cet Après-guerre où la vie a continué sans lui, il fait la rencontre d'Hélène, professeure de langue des signes avec qui il noue une relation tourmentée...
COMMENTAIRE :
Emmanuel Courcol : "À l'origine du projet, il y a mon histoire familiale. La guerre de 14 faisait partie de mon univers d'enfant par le biais des récits de ma grand-mère, mais aussi à travers un de mes grands-pères, Léonce, qui avait combattu pendant la guerre. Je ne l'ai pas connu mais il y avait beaucoup de photos de lui en uniforme dans la maison, des cartes postales du Front… On jouait avec son casque… Il appartenait à la mythologie familiale. Il avait 20 ans en 1914 et s'est coltiné toutes les batailles jusqu'à celles des Balkans en 19. À la fin de la guerre, il avait été décoré et était redevenu instituteur. Un destin de poilu français assez ordinaire en somme car ce conflit a impacté pratiquement toutes les familles en France. Contrairement aux personnages de mon film, mon grand-père, lui, s'est réintégré dans la société. Mais il m'est impossible de savoir réellement quelles ont pu être ses séquelles psychologiques. (...) J'ai imaginé une fratrie constituée de traumatismes propres à cette époque : le disparu, le mutilé, celui qui fuit... L'assemblage est fictionnel mais ces cas de figure différents ont existé. Et puis je trouvais intéressant de voir comment la mère entretient un rapport particulier avec chacun d'entre eux. C'est ça aussi, une famille, chacun tient une place. Ici, il y a le petit chéri, le jeune dont la disparition est source d'une souffrance intolérable. Il y a le héros de la famille, l'homme fort parti parce qu'on lui mettait trop de choses sur les épaules. Et il y a le gars complètement perdu, l'handicapé. Concernant le traumatisme de Marcel, j'ai pris le cas qui m'intéressait particulièrement, celui du psychonévrosé, qui a tellement intériorisé la souffrance qu'elle se transforme en pathologie invraisemblable. Marcel n'a aucune lésion neurologique mais il est sourd et muet - d'autres pouvaient être frappés de cécité, de paralysie, de tremblements… À un moment donné, le corps dit non…"
NOTE :
Tout public
Premier film du scénariste de Philippe Lioret (Welcome, Toutes nos envies, L’équipier, Mademoiselle).

 
 
Cinéma Le Royal, 8, avenue Foch 64200 Biarritz Tel : 05 59 24 45 62 Fax : 05 59 22 33 67 cinema-biarritz@numericable.fr